L'institutrice qui ne savait plus lire

Imaginez...Vous vous réveillez un beau matin et tout, autour de vous, est écrit dans l’ancienne langue de Gallifrey. Pour les fans du Doctor c'est super, pour les autres... C'est la mésaventure qu'a connu une américaine de 40 ans, institutrice de maternelle et passionnée de lecture.

femme avec un livre

L'American Academy of Neurology nous raconte son histoire mais ne donne évidement pas son nom. Alors appelons là madame l'Instit' ce sera plus simple. Comme chaque matin, madame l'Instit' doit faire l'appel pour s'assurer que tous ses élèves sont bien là. Mais voilà, sa feuille de présence est couverte d'inscriptions incompréhensives. Qui avait bien pu lui faire une blague pareille? Quelque peu contrariée, elle passe néanmoins à la suite de son cours et prend dans son sac le programme des leçons de la journée. Stupeur, les pages sont elles aussi entièrement recouvertes de caractères qu'elle ne parvient pas à déchiffrer.

Plus tard, sa mère se rend compte que sa fille a des difficultés à trouver ses mots, qu'elle prend plus de temps que d’habitude pour répondre à une question pourtant banale. Ni une ni deux, les voilà en route pour l’hôpital. Quelque chose ne va pas...

Les médecins diagnostiquent un AVC

A l’hôpital on découvre qu'elle a été victime d'un AVC. Rappelons qu'un AVC ou, accident vasculaire cérébral, est une obstruction ou une hémorragie survenant au niveau des vaisseaux sanguins du cerveau, provocant de graves lésions. Selon l'INSERM (l'Institut National de la santé et de la recherche médicale), en France, chaque année, plus de 130 000 personnes sont touchées par un AVC. Il est la troisième cause de mortalité pour les hommes et la première pour les femmes.

Bref, madame l'Instit' l'a échappé belle ! Cependant, cette lésion cérébrale irréversible l’empêche désormais de s'adonner à sa passion, la lecture. C'est ce que l'on nomme une alexie. L'impossibilité de reconnaître les caractères écrits ou imprimés. Les mots qu'elle voit ne sont pas plus compréhensibles pour elle que des hiéroglyphes pour nous, simples mortels. L'horreur pour cette institutrice qui aimait tant faire la lecture à ces petits élèves.

L’écriture lui permet de deviner les mots

En revanche, le syndrome dont souffre madame l'Instit' est une alexie sans agraphie. C'est à dire qu'elle ne peut plus lire mais peut encore écrire.
Elle met alors au point une technique singulière pour déchiffrer un mot : elle trace avec le doigt toutes les lettres dont elle se souvient jusqu'à trouver celle qui se rapproche de la première lettre qu'elle voit. Puis passe à la seconde, etc, jusqu'à deviner le mot en question.

Plus surprenant encore, malgré cette incapacité à décoder des phrases entières, madame l'Instit' peut associer une émotion, un ressenti à ce qu'elle perçoit sur le papier. Lorsqu'on lui présente le mot asperge elle peut dire « ça je n'aime pas ! ». Sa maman raconte d'ailleurs une anecdote à ce propos : Puisqu'elle n'a pas oublié l’écriture, elle peut donc envoyer et recevoir du courrier. Lorsque madame l'Instit' se rend à la boite aux lettres et revient avec le courrier du jour, elle tend une des enveloppes à sa mère en lui disant « ce n'est pas mon ami, c'est pour toi » ou « ceci est mon ami, c'est pour moi » et glisse l'enveloppe dans son sac !

Aux dernières nouvelles, madame l'Instit' a changé de métier vous vous en doutez. Mais, puisqu'elle sait toujours écrire et qu'elle n'est pas du genre à baisser les bras, elle a décidé d’écrire les mémoires de l'institutrice qui ne savait plus lire.



Par LaPlume, admin du site




Partager cet article : Facebook Twitter