Death Note de Tsugumi Ōba - Takeshi Obata: Quand l’écriture tue

En bonne fan de culture japonaise, je me suis rendue dernièrement à la Japan expo Sud. Quelques stands proposaient à la vente des cahiers, reproductions (pas top d'ailleurs) du célèbre cahier de la mort, issu du manga « Death Note ». Ce qui m'a rappelé que je ne vous ai jamais parlé de ce manga culte, publié au Japon à partir de 2003 et arrivé chez nous grâce aux éditions Kana en 2007.

alt

Écrire tue ?

Light Yagami est un lycéen que l'on pourrait qualifier de surdoué. Il s'ennuie ferme dans sa vie et ne supporte plus le monde qui l'entour. Un jour, il ramasse un étrange carnet noir tombé de nul part. Sur la couverture on peut lire « Death Note » (le carnet de la mort) et à l’intérieur son mode d'emploi : « La personne dont le nom est écrit dans ce cahier meurt ».

Intrigué il rapporte le carnet chez lui mais ne croit pas vraiment à ce qu'il vient de lire. Jusqu’à ce que lui apparaisse le véritable propriétaire du Death Note, un Shinigami (dieu de la mort) nommé Ryuk.

alt

Lui aussi s’ennuie au royaume des morts et c'est pour se divertir qu'il a laissé tomber son carnet dans le monde des humains. Le dieu de la mort est joueur et plutôt curieux de savoir ce que va faire Light qu'il commence à suivre partout.

Light comprend qu'il peut utiliser les pouvoirs du cahier pour éradiquer la criminalité, faire le bien autour de lui... en éliminant assassins et autres criminels en quelques coups de stylo. Mais jusqu’où ira t-il ? Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. N'est ce pas un peu lourd pour un lycéen de 17 ans, aussi brillant soit il ?

alt

Un manga culte

J'ai beaucoup aimé le manga jusqu'à l'arrivée de Near. C'est un véritable thriller qui nous tient en haleine mais pas seulement. Il nous incite à la réflexion. Est il légitime de prendre la vie d'une personne aussi mauvaise soit-elle ? Qui a le droit de décider de la mort de quelqu'un ? Est-ce qu'on aurait fait la même chose ?
En sachant que la peine de mort est toujours en vigueur au Japon, j'imagine que le manga a eu un certain impact sur les lecteurs nippons.

J'ai beaucoup aimé les personnages de L., un génie au comportement des plus bizarre mais très attachant, de Ryuk et son délire avec les pommes qui le rendait presque sympathique. Et Ligth évidement qui, par sa  descente aux enfers et sa complexité nous fait ressentir toute une palette d’émotions allant de la pitié au dégoût en passant par la colère. 

alt

Bref un manga haletant devenu culte, à tel point qu'il a eu droit à son anime (fidèle au manga) mais ça c'est un peu la base. Le manga a également été adapté en roman, live action, et dernièrement, au cinéma avec une production américaine... à l’américaine.
Une véritable bouse que je vous déconseille fortement si vous avez aimé le manga et/ou l'anime. Le film prend des libertés qui dénaturent complètement l'histoire et les personnages, leur enlevant toute crédibilité et toute profondeur.

Est-ce qu'il y a des fans dans la salle? Que feriez vous si vous aviez un Death Note ?

« Death Note » - 12 tomes - Éditions Kana



Par LaPlume, admin du site




Partager cet article : Facebook Twitter