Une lettre de Napoléon vendue à plus de 180 000 euros

Décembre 2012, à Fontainebleau, près de Paris se déroulait une vente aux enchères un peu particulière. À l'occasion de la commémoration du bicentenaire de la tragique campagne de Russie, la vente concernait des manuscrits rédigés par Napoléon 1er. Ces derniers ont suscité un grand intérêt de la part de nombreux collectionneurs du monde entier.

Portrait de Napoléon
Bonaparte franchissant le Grand-Saint-Bernard par Jacques-Louis David

Une lettre codée

Le premier manuscrit que se sont arrachés des collectionneurs venus des quatre coins du globe, russes notamment, est une lettre autographe cryptée. Le billet, daté du 20 octobre 1812, en pleine campagne de Russie était adressé à son ministre des relations extérieures Hugues-Bernard Maret.

Petit rappel historique en passant, ça ne peut pas faire de mal : La fameuse campagne de Russie qui devait permettre à l’empereur alors à la tête de la première puissance européenne de conquérir un nouveau territoire histoire d'agrandir sa collection. C’était sans compter les incendies privant les soldats de nourritures, les cosaques, le froid polaire et bien d'autres calamités. Napoléon perdit plus de 300 000 hommes lors de cet épisode charnière de l’Histoire : le début de la fin de L'empire Français en somme.

Le 19 octobre 1812, Napoléon donne finalement l'ordre d’évacuer Moscou, après avoir attendu en vint la capitulation russe. Et dans cette fameuse missive chiffrée Napoléon énonce son plan de bataille : ok, on s'en va mais d'abord, "Je fais exploser le Kremlin le 22 à trois heures du matin" signé « Nap » (oui on est classe ou on l'est pas !). Ordre qui fut exécuté par le bien nommé maréchal Mortier. Quant à la suite, vous la connaissez (le froid, tout ça tout ça...).

Un record mondial

On comprend alors l'importance de cette lettre codée et pourquoi elle a été adjugée pour la modique somme de 187 500 €, soit 10 fois plus que son estimation avant la vente.
Étonnement, on a moins d'info sur le second manuscrit vendu lui aussi ce jour là. Il faut bien l'avouer, c'est tout de même moins passionnant qu'un mystérieux ordre codé signé « Nap » :
Un ouvrage intitulé « Essai sur la fortification de campagne », dicté lors de son exile à Sainte-Hélène et non rédigé par l'empereur lui même. Celui-ci a battu tous les records de vente : Adjugé là aussi pour la bagatelle de 375 000 euros.



Par LaPlume, admin du site




Partager cet article : Facebook Twitter